Chronique du livre Without Merit par Colleen Hoover

J’ai décidé de faire des chroniques de livres et de film que je découvre. Aujourd’hui, je vais vous parler du livre Without Merit de Colleen Hoover. Je travaille sur la route, je n’ai pas beaucoup de temps pour lire, mais comme je suis une avide lectrice, je choisi l’option des livres audio avec Audible. Cela me permet de continuer à découvrir de belles histoires et les narrateurs de qualités sont de plus en plus nombreux.

colleen hoover

Général :

Pour ceux qui me connaissent, vous savez que je suis une grande fan de Colleen. J’ai lu tous ses livres et je ne suis jamais déçu. Par contre, j’ai commencé à reconnaître un pattern non pas dans l’écriture de Colleen qui est superbe, mais plutôt dans ma réaction face à la lecture de ses livres.

En fait, je débute toujours ma lecture un peu perdue dans tous ses personnages. Je me dis : Ah! Celui-ci sera le premier livre de Colleen que je n’aimerais pas car l’histoire part en tous sens. Puis, comme je suis quelqu’un qui aime donner la chance au coureur, je poursuis ma lecture. Au tiers du livre, je me dis que maintenant je connais un peu plus les personnages et je me laisse emporter un peu plus par l’histoire pour voir où tout cela va me guider. À la moitié, je suis happé par les événements qui s’enchainent et je me dis que finalement, il ne sera pas si mal ce livre. Aux trois quarts de l’histoire, je pense que Colleen est un génie et je me flagelle pour avoir pensé que je n’aimerais pas cette histoire. À la fin, comme à toutes les fins de ses romans, je suis remplie d’un million d’émotions. J’ai la larme à l’œil, une admiration sans borne, l’envie de tout redécouvrir pour la première fois et surtout le besoin d’aller ériger un temple en l’honneur de cette divinité de l’écriture. Without Merit ne fait pas exception à ce sentiment, au contraire.

without merit

Les personnages :

Je dois dire que j’ai eu de la difficulté à m’attacher à l’héroïne, Merit est maussade, un peu trop directe, elle s’apitoie sur son sort et elle manque d’ambition. Bref, elle est 100% mon opposée en tout point,  j’ai donc eu de la difficulté à me connecter à elle. Par contre, une fois le roman terminé, je comprends mieux son caractère et j’ai envie de relire le récit pour la voir d’un regard diffèrent. Je ne peux pas en dire trop sur les autres personnages, car cela révélerait un peu trop de l’histoire, mais j’ai eu un coup de cœur pour le frère de Merit avec sa manière de prendre soin de son petit frère.

 

Les petits plus :

Ce qui rend les romans de Colleen aussi spécial, ce sont les petits plus qu’elle glisse au travers de son histoire. Pour celui-ci, je dirais que c’est l’excentricité de Merit à collectionner les trophées qu’elle n’a pas gagnés pour célébrer les journées négatives. Qui penserait à une idée pareille? J’aime aussi la phrase que le frère de Merit répète tous les matins à son petit frère de 4 ans : Es-tu excité? Comment excité? Comme si toutes les journées doivent être uniques, je suis tellement de cette mentalité et je me suis tout de suite reconnu.

how excited

Les thèmes :

Dans les romans de cette auteure, il y a toujours des thèmes bien précis. Pour celui-ci, on y parle de la dépression, de la famille et du pardon. Ne vous en faites, le tout est apporté d’une manière un peu humoristique, mais surtout avec légèreté. Toutefois, le message passe comme foncer dans un mur à cent à l’heure. Je n’ai jamais aimé les récits de drame, alors ce ne sont pas des thèmes que je choisis normalement, mais pour Colleen, je ne sais pas quelle magie elle utilise, mais elle peut me faire apprécier n’importe quel sujet.

not every mistake deserve a consequence

Je ne peux pas vous donner plus d’information sur ce livre sans révéler l’histoire en elle-même. Par contre, je peux vous dire que vous ne serez pas déçu et si vous choisissez le livre audio, la narration est superbe. J’ai dû m’habituer à la voix grave de la narratrice vu le jeune âge du personnage principal, mais elle maîtrise bien les intonations et les autres voix, cela reste donc un très bon livre audio.

book hangover

Voici mon top 5 des livres de Colleen Hoover, 1 étant mon favori (les livres sont aussi disponibles en français, mais comme je lis toujours en version original, les titres ci bas sont en anglais) :

  • Maybe Someday
  • It end with us
  • Without Merit
  • Slammed
  • November 9

Et vous, quel est votre livre favori de cette auteure?

colleen hoover book

La création de ma série Enchantement

 

Aujourd’hui, j’avais envie de vous parler de la création de ma série. Comment j’en suis venue à cette histoire et quel chemin j’ai pris. Pour vous mes lectrices, cela vous donnera un autre point de vue sur ma création et pour mes amis auteurs, peut-être vous reconnaîtrez-vous au travers de mon parcours. N’hésitez pas à commenter, vous savez à quel point j’aime discuter.

 

1-) L’envie d’écrire

Je pense sincèrement que la base pour écrire, c’est premièrement d’en faire notre passion. Je me souviens que toute jeune, j’écrivais des poèmes. Puis, au secondaire, c’était des pièces de théâtre. Pour moi, les mots sont un peu comme les miroirs de notre pensée. Ce que l’on ne dit pas à voix haute, on peut l’écrire avec beaucoup plus de précision. J’ai toujours aimé les mots, que ce soit écouter quelqu’un parler avec intelligence d’un sujet qui le passionne, ou une phrase bien placée dans un film ou un livre. Vous savez CETTE phrase qui vous reste en tête comme un vers d’oreille. À chaque fois que je termine la lecture d’un livre, il y a une phrase qui me reste comme une empreinte digital. Et vous, avez-vous cette habitude?

power of written word

2) Le début de l’aventure

J’ai toujours su qu’un jour j’allais trouver l’histoire, ce récit si parfait pour moi qu’il me donnerait envie d’y passer les prochaines années. Il ne faut pas se le cacher, combien de roman doit on écrire au quart ou en résumé avant de finalement sauter à pied joint pour ne plus en sortir. Pour moi, j’ai eu la révélation une nuit… dans un rêve. J’étais en voyage à Walt Disney world, alors c’est certain que mon cerveau nageait déjà dans le fabuleux. J’ai rêvé au monde des sorcières et des pouvoirs reliés aux éléments contrôlés par des pierres amulettes. Je me suis réveillé le lendemain matin et j’ai dit à mon conjoint que je venais de trouver le sujet de ma série. Cette fois, ce n’était pas une ébauche, ni une idée un peu floue, non, c’était une certitude que cette histoire allait prendre vie. En retournant au Québec en voiture, j’ai eu des heures pour y réfléchir et lentement, mais surement, les grandes lignes se traçait dans mon esprit.

some story are hidden deep within you. You just need to find them

3-) Construire l’univers.

Le processus d’écriture n’est probablement pas le même pour chaque auteur. Pour ma part, j’ai besoin de comprendre les bases du monde avant de débuter l’écriture. Comme ma série est une romance fantastique, le monde devait être précis. Je voulais quelque chose de contemporain, car même si j’adore le merveilleux, je préfère lorsqu’il s’installe dans un contexte actuel. Ainsi, j’ai l’impression que cela rend la chose plus réelle, comme si tout ce monde de magie était en fait possible. Pour bien établir le réalisme des événements, j’aime intégrer des lieux réels à l’univers. Mon personnage principal ; Lou, allait travailler dans une bibliothèque et je voulais aussi que cette même bibliothèque ait une allure d’ancienne église. Je savais que j’allais faire traduire mon livre en anglais, j’ai choisi de bâtir mon histoire aux États-Unis et comme j’ai un faible pour le Vermont, j’ai fait des recherches pour trouver une ancienne bibliothèque dans cet état. C’est comme cela que j’ai trouvé la petite ville de Woodstock et sa superbe bibliothèque. Le monde de Lou allait donc partir de cet endroit. Je suis même allé le visiter pour bien m’imprégner de l’ambiance des lieux. Comme je cherchais une place pour établir la première ville magique de mon histoire, j’ai remarqué le parc national de Green Mountain non loin de Woodstock, c’est de là que j’ai réfléchi au principe que les villes magiques sont cachées dans des parcs protégés.

a-whole-new-world

4) Le visuel

Comme je suis une fille très visuelle et que j’aime avoir une image précise de l’ambiance générale du livre, je me suis créé un Pinterest. J’y ai fais des recherches et regroupés des images de paysages, de bâtiments, de personnages et de créatures qui m’inspiraient. Plus je faisais des recherches, plus l’univers se précisait. Parfois, je trouve l’inspiration en cherchant des images et d’autres fois j’ai une image en tête et je la trouve afin de fixer celle-ci sur quelque chose de plus tangible.

tableau pinterest inspiration

5-) Les personnages

Toutes les catégories dont je vous parle, ne sont pas nécessairement dans l’ordre nécessaire à la création. Je ne trouve pas tout l’univers avant de débuter l’écriture, car il y a beaucoup de choses qui se déterminent en cours de route. Cependant, j’aime avoir le squelette de l’histoire en tête pour ne pas m’éparpiller. Pour éclaircir le tout, j’ai besoin de connaitre les personnages, du moins, les plus importants. Je me suis bâtit des fiches  comprenant : leurs noms, leurs pouvoirs, un peu de leur vécu, leur apparence, leurs défauts, leurs qualités et finalement leur lien dans l’histoire. Pour compléter ces fiches, je trouve des images d’acteurs qui ressemblent à l’idée que j’ai deux. Encore une fois, je suis tellement visuel que j’ai besoin qu’ils aient une identité bien définie.

personnage série enchantement

6-) La mythologie

Avant de débuter le récit, je savais que celui-ci allait être inspirée du mythe d’Orphée et d’Eurydice puisque leur amour tragique me passionne. Il y a aussi quelque chose que j’admire dans les films et je trouve que cela ne se retrouve pas assez dans les livres. J’aime quand une histoire mélange les mythes et se sert d’histoires réelles comme trame de fond à un roman tout en les mélangeant avec une nouvelle histoire. Comme si les légendes étaient réelles, comme si le fait de les intégrer ensemble, donnes l’impression qu’elles ont toujours été une seule et même légende. C’est pourquoi j’ai voulu mélanger la mythologie grecque avec l’alchimie, les sorcières et d’autres mythes attitrés à d’autres cultures. Pour éviter que tout s’embrouille et sonne faux, j’ai dû faire énormément de recherche. Ainsi chaque créature dans mon livre part d’une légende quelque part dans le monde et je tricote autour. J’aime aussi mettre de petits clins d’œil à des films que j’ai aimés et je serais tellement heureuse qu’une lectrice arrive à déceler tous ces petits ‘’easter egg’’.

god of war meme

7-) Les premiers écrit

Pour ma part, le début a été un peu plus long. Je voulais l’écrire à la troisième personne, car c’est un peu plus commun en français, mais lorsque j’ai lu le premier chapitre, je me suis dis que les livres que j’aime sont écris à la première personne, alors pourquoi je ferais différemment pour le mien. Ensuite, s’est posé la question de temps de verbe. Je préfère de loin un temps au présent, car cela donne l’impression de vivre l’action en même temps que l’héroïne. J’ai alors choisi de m’y risquer, même si ce style commence seulement à être populaire. Au final, j’ai fait le bon choix, car le commentaire qui revient le plus parmi les lectrices, c’est qu’elles ont l’impression de regarder un film. Après m’être assurée du mode de narration, j’ai écrit mon premier chapitre. Je n’ai pas commencé par le début, la scène du bal était si claire dans ma tête pour la rencontre entre Lou et Lord Black que je me devais de débuter par celle-ci.

become-a-writer

😎 L’inspiration

Pour moi, la musique est indissociable pour écrire. Je passe de longues heures en voiture pour le travail et c’est souvent à ce moment que j’ai le plus d’inspiration. Comme je ne peux pas prendre de note, je me suis rendu compte que la musique agissait en moi comme un enregistreur d’émotion. Si j’ai une scène en tête, je l’associe avec une musique que j’ajoute à ma playlist du tome en cours. Ensuite, j’écoute la chanson en boucle en imaginant la scène dans les moindres détails. Une fois devant mon ordinateur, je l’écoute  et la scène revient aussitôt, comme une image claire.  Si vous désirez découvrir mes playlists, vous pouvez-vous rendre dans l’onglet du même nom sur ce site, vous y trouverez la version Spotify ou YouTube.

music writer

Voilà, j’espère vous avoir inspirée et j’attend vos commentaires sur ce texte ou si vous avez envie de sujets en particulier pour de futurs articles n’hésitez pas.

 

SIGNATURE

L’aventure de l’auto-édition

Pour mon premier article, j’ai décidé de vous parler de l’auto-édition. J’espère que ce texte pourra aider d’autres auteurs en devenir à prendre la bonne décision. Pour ma part, j’ai choisi cette option, car je suis déjà une femme d’affaire indépendante et je suis vraiment autodidacte. J’aime relever des défis et gravir les échelons moi-même.

Je ne suis pas fermé au milieu de l’édition traditionnel, mais je suis à la recherche d’une maison qui acceptera de partager les droits avec moi en me laissant la partie numérique.

Dans les sections suivantes, vous découvrirez les points déterminant pour choisir cette option d’édition.

1-) Est-ce la bonne voie pour vous?

Avant de vous lancer à pied joint dans cette aventure, vous devez déterminer si cela est la bonne option pour vous et votre livre. Il n’y a pas une option meilleure que l’autre, il s’agit plutôt de déterminer quelle est votre mission. Lorsque l’on écrit un roman, quel qu’en soit le sujet, nous avons tous le même but ; faire connaitre celui-ci le plus possible. Vous avez passé plusieurs mois voir des années à parachever votre livre et vous êtes confiant à 110 % qu’il est prêt à voir le jour. Si notre but est le même pour tous, la mission en est souvent différente. Ne vous détrompez-pas, les maisons d’édition savent exactement ce qu’ils font et sont très talentueux dans leur métier. Pour prendre la bonne décision, vous devez vous demander si vous avez du temps et de l’argent à investir dans votre livre plus qu’une maison en aura.  Si la réponse est oui, il se peut que l’auto-édition soit la bonne option pour vous. N’oubliez pas que vous allez devoir porter TOUS les chapeaux, que ce soit de trouver un graphiste, un correcteur, un comité de lecture, gérer la distribution, la publicité et les réseaux sociaux. Vous devez croire en votre histoire suffisamment pour investir dans celui-ci, car vous devez vous faire connaitre avant toute chose. Si vous désirez faire de votre création un deuxième emploi à temps plein, c’est certainement l’option pour vous. Je n’ai jamais eu peur de risquer les investissements et investir mon temps dans quelque chose qui me passionne, c’est pourquoi j’ai choisi cette option en premier lieu.

author meme twilight

2-) Le livre en soit.

Il est certain qu’il nécessitera plusieurs articles pour expliquer en détail les étapes vers l’auto-édition, mais je vais tout de même effleurer chaque étape dans celui-ci. Vous avez terminé d’écrire, de lire et de re relire votre roman et il vous convient parfaitement, vous devez alors former un comité de lecture pour évaluer le potentiel de celui-ci. Ne vous fiez pas seulement à votre opinion ou celle de vos proches puisque c’est un peu comme mettre au monde un enfant, nous le trouvons tous magnifique puisque c’est le nôtre. Alors, laissez votre orgueil de côté et choisissez un groupe de lecteurs (de préférences dix) pour le premier tome de votre série ou autre afin d’avoir un bon échantillonnage, cela vous aidera à connaitre les items à retravailler et à améliorer. N’oubliez pas, vous n’aurez qu’une chance de faire bonne impression, alors il est préférable de prendre votre temps pour que tout soit parfait ! Assurez-vous aussi d’écrire quelque chose que vous aimeriez lire plutôt que ce qui se vend, mais qui n’est pas votre genre. Comme je vous l’ai dit plus tôt, vous devez croire en votre histoire plus que qui compte. Avant de vous lancer dans l’écriture, lisez le plus d’ouvrage dans le même style que le vôtre et demandez-vous comment vous pouvez vous différencier de ces livres, quel est votre style ?

dory just keep writing

3-) La page couverture.

Pour moi, après le contenue, c’est de loin l’item le plus important et trop souvent négligé. Comme pour le contenue, vous devez faire des recherches de livre dans votre genre. Pour ma part, j’ai passé des heures sur Amazon dans la catégorie romance paranormal et fantasie pour observer ce que les ‘’Best-sellers’’ avaient en commun. J’ai remarqué deux ‘’trends’’, une pour les meilleurs vendeurs et une pour les autres. Vous ne devez pas tomber dans le piège de la couverture facile. Exemple, dans la catégorie romance paranormal, ce que l’on voit le plus souvent, ce sont des hommes exhibant leurs muscles. Quelqu’un qui fait une recherche rapide se dirait OK, c’est ce que je dois faire, car les autres couvertures sont toutes dans cette ambiance. Pourtant, si l’on remarque les meilleurs vendeurs, les pages sont plus sobres et misent sur une ambiance mystique. Une fois que vous aurez déterminé exactement ce que vous voulez, je vous suggère fortement d’investir avec un graphiste qui réalisera une couverture professionnelle. N’oubliez pas, le choix de l’auto-édition, ne doit pas être synonyme de basse qualité. Ce sont d’ailleurs les exécutions mal faites qui donnent mauvaise presse aux auteurs auto-édités. Les pages en dessin et les couvertures avec une mise en page maison ont tendance à moins se vendent.

4-) La correction

La correction est une étape très importante, pour moi cela a été la partie la plus difficile, trouver la bonne personne n’est pas chose facile. Il est aussi important d’investir dans cette étape outre le logiciel Antidote. Choisissez quelqu’un qui est habitué avec la correction de roman et qui fait cela d’une manière professionnelle, c’est-à-dire que c’est son métier. Si en plus celle-ci est à l’aise avec la mise en page c’est un plus. Sinon, vous devrez lire sur le sujet afin que votre livre soit conforme.

book editor meme

5-) Les réseaux sociaux.

Avant de publier votre livre, il est important de bien créer vos réseaux sociaux. Pour ceci, vous devrez idéalement créer une page Facebook d’auteur, Instagram, Twitter, Pinterest, Youtube, Booknode, Goodread, Livreaddict. Si vous n’êtes pas friand des réseaux sociaux, il sera difficile pour vous de vous faire connaitre. Facebook est parfait pour l’anticipation de vos lecteurs déjà conquis et Instagram pour les blogueurs.

hashtags author meme

6-) Amazon et autres sites de diffusion.

Pour ma part, j’ai décidé de choisir Amazon, car il est le plus populaire et offre d’incroyables avantages lorsqu’on lui donne l’exclusivité des livres numériques, mais il existe d’autres plateformes que je connais un peu moins. L’avantage d’Amazon c’est qu’il offre des tutoriels étape par étape pour bien créer son livre en format numérique. Pour les livres papier, j’ai choisi Createspace qui est une division d’Amazon et permet d’imprimer des livres papier à la demande que ce soit pour nous ou pour livrer directement chez les lecteurs. Pour les livres audio, Audible avec la plateforme ACX est très bien fait aussi.

upload book amazon meme

7-) Entretenir la flamme.

Pour que votre livre connaisse un succès, il faut entretenir le feu. Vous devez absolument trouver des chroniqueurs littéraires qui accepteront de donner de leur précieux temps pour lire et chroniquer votre livre. Instagram est parfait pour ceci puisqu’en plus, ils feront de superbes photos de votre livre (de là l’importance d’une couverture magnifique). Visez des blogueurs qui ont un intérêt envers votre catégorie de livre. Vous pouvez aussi organiser des concours pour attirer des gens sur votre page. Créer des Trailerbook de votre livre sur YouTube est aussi une bonne idée. Essayez de sortir des sentiers battus et toujours faire une action pour faire connaitre votre histoire. La meilleure manière de garder l’attention de vos lecteurs est toujours de sortir un nouveau roman ou une suite.

paper back vs kindle book meme

Voilà, cet article ne fait qu’effleurer le vaste océan de l’autoédition, mais je vais faire des articles plus poussés sur chaque micro sujets. N’hésitez pas à partager en grand nombre et me dire vos commentaires sur cet article.

 

SIGNATURE